15 sept

Expositions

Expositions collectives et personnelles (P)

2017 “Paris Mai” - Galerie Luc Berthier - Paris 3e

2016 “L’art et la manière” - Salon FMR, la petite criée - Le Pré Saint Gervais

2016 “Désordres d’Eros” - Galerie Luc Berthier - Paris 3e

2015 “Animals” - Galerie +Brauer - Paris 3e

2015 Galerie Luc Berthier, Paris 3e - “Les petits de mes amis”

2015 « Portes ouvertes » - Pré-Saint-Gervais

2014 « Festival d’Art et de création » - Grenier à sel – Avallon

2013 « Le portrait » - Atelier bouteille - Montfort L’Amaury

2013 « Autour de Prévert » - Casa d’Amor Design - Saint Paul de Vence

2012 « Joconde » - Atelier bouteille - Montfort L’Amaury

2011 « Le vin, le poisson et le poulet » - Atelier bouteille - Montfort L’Amaury

2011 « Pin up » - Atelier bouteille - Montfort L’Amaury

2010 « collectif des arts » - cloître du lyçée Jacques Decour - Paris

2010 « L’art est un jeu d’enfant. » - Galerie Arabesque - Loches (P)

2010 « Le cycle et le vin. » - Atelier bouteille - Montfort L’Amaury

2009 « Le sexe et le vin. » - Atelier bouteille - Montfort L’Amaury

2008 « Les femmes et les enfants d’abord ! » - Atelier bouteille - Montfort L’Amaury (P)

2007 Galerie Art to design - Bologne Italie - « L’oeil du désir II »

2007 Galerie Brasilia - Paris - « L’oeil du désir I »

2006 Galerie Rachlin-lemarié - Paris

2006 Musée d’Art et d’histoire- Saint Denis « Ne suivez pas le guide ! » (avec

les oeuvres de Robert Mapplethorpe, Pipilotti Rist…)

2006 « Expo 10 degrés » - Clichy

2005 Salon de Montrouge - Paris

2003 Galerie Corot - Ville d’Avray

2003 Art iShow - Espace Beaurepaire - Paris

2001 Galerie Racine - Paris (P)

2000 Art 2000 - Espace Auteuil - Paris (P)

1999 Grand Marché d’Art Contemporain de la Bastille - Paris (P)

Christine Lucchini vit et travaille à paris.

contact email : christine.lucchini@gmail.com

A propos

La peinture est mon sujet d’expérimentation. Je revendique un goût pour le travail, le “métier”. Ce métier est un des outils qui me permet de « chercher et trouver » le plus justement possible dans un vocabulaire contemporain.

Le vivant - l’humain, l’animal, la nature - sont au centre de mon travail. Le monde tel qu’il est m’inspire beaucoup mais ne me convient pas et ne me suffit pas. Je le tords, le recompose, dans mon écriture pour donner naissance à un autre monde mêlant l’humain, le mythe, les fantasmes, le rêve, la monstruosité.

J’y mets en scène les multiples facettes de la grande comédie humaine, opérant des allers retours constant entre autofiction et universel, réel et imaginaire,conscient et inconscient, entre le grave et le léger, la pulsion de vie et l’omnipotence de la mort, et toutes les forces contraires qui nous constituent.

La fragilité du vivant, dans tous ses paramètres, me semble être le dénominateur commun à toutes mes « procréations plasticiennes » et du même coup une invitation positive à la méditation et au rêve d’un monde meilleur, une exhortation à protéger lebeau et le fragile pendant que nous le pouvons encore. En tout état de cause, en témoigner. Dans la fébrilité, inquiétude et espoir se côtoient intimement, et par le jeu récurrent des métamorphoses et hybridations, je veux croire qu’une résilience, un progrès est possible, que TOUT est possible et je tente d’entraîner les spectateurs vers cette réflexion sur la psyché humaine, notre part animale et la place de l’homme au sein de la nature.

Ces frottements discrets des contraires, du beau et du laid, du négatif et du positif, perpétuellement enchevêtrés dans l’humain ou dans la schizophrénie de notre monde réel sont mes grincements, ma petite musique de fond.

Pour exprimer ce qui est si complexe, l’imaginaire me semble le seul langage, la seule voie pour aller comme Alice voir au-delà du miroir, ce qui se cache derrière son joli masque d’apparence, de bienséance et de normalité.

Une complexité, un chaos dont l’humour est souvent mon salvateur fil d’Ariane. Munis de ce fil, je vous invite à déambuler dans « mon petit labyrinthe », dans mon “rêve éveillé” comme le définissait merveilleusement le poète Charles Baudelaire.

Mes récoltes - Septembre 2017